Bilan Twitter des bleues pendant la Coupe du Monde féminine de la FIFA 2019

Le bilan Twitter des 23 bleues de la Coupe du Monde 2019

Rappelez-vous, le premier mai, nous vous annoncions le Top 10 Twitter des 23 bleues sélectionnées par Corinne Diacre pour participer à la Coupe du Monde.

Les 10 plus suivies étaient mises en avant sur le compte Twitter de l’OSD avec une promesse de se donner rendez-vous, après la finale, pour voir s’il existait un effet Coupe du Monde sur les comptes Twitter des bleues.

 

Analyse des comptes

 

Eugénie Le Sommer dominait outrageusement le classement, suivie par Amandine Henry, elle même talonnée par Wendie Renard. Les 3 étaient probablement les plus connues des 23 bleues sélectionnées par Corinne Diacre.

 

5 matchs plus tard, l’heure est au bilan pour les 21 bleues de Twitter. 

Ont-elles également bénéficié d’un incroyable engouement populaire sur les réseaux sociaux ? La réponse est évidemment oui !

Forte de son avance, Eugénie Le Sommer conserve la tête du classement.

Avec un gain d’environ 16 000 abonnés, elle voit son nombre de followers progresser de 10% en deux mois. Une croissance exceptionnelle sur Twitter.

Et elle n’est pas une exception, au contraire !

Amandine Henry et Wendie Renard ont toutes les deux suivi la même courbe d’ascension. 

Plus loin dans le classement, 3 joueuses se sont distinguées : Delphine Cascarino, Marion Torrent et Valérie Gauvin. Outre leurs performances sur le terrain, elles ont su remonter le classement Twitter en grimpant, pour Cascarino, de 2 places, et pour Torrent et Gauvin de 3 places.

Avec moins de 10 000 abonnés, les 7 joueuses restantes ont bénéficié de l’exposition médiatique sans pour autant parvenir, pour le moment, à être reconnues par le grand public.

Faut-il tweeter pour augmenter sa communauté ?

Lors de cette Coupe du Monde, 301 tweets ont été publiés. Pour un gain global de 148 899 abonnés sur les 21 comptes Twitter des bleues. Soit, théoriquement, 494 nouveaux abonnés par Tweet.

Dans le détail, nous pouvons nous apercevoir que c’est Viviane Asseyi qui a le plus tweeté pendant cette Coupe du Monde 2019 (34 tweets, voir à gauche). Pour autant, pour chaque tweet publié, elle voyait sa communauté de followers croître en moyenne de 115 nouveaux abonnés (voir à droite).

Sakina Karchaoui était quand à elle, bien plus performante puisque chaque tweet posté lui “rapportait” près de 1 800 abonnés.

Vous l’aurez déduit, Emelyne Laurent est la seule bleue à ne pas avoir tweeté pendant la Coupe du Monde.

Enfin, pour terminer l’analyse, il convient d’analyser les tweets les plus engageants lors de cette Coupe du Monde.

Vous le savez certainement, le simple calcul du taux d’engagement* est considéré comme obsolète par l’OSD (un compte à 100 000 abonnés n’atteindra jamais les taux d’engagement d’un compte à 100 abonnés).

 

Les tweets les plus performants

Nous utilisons depuis des mois un algorithme pour calculer plus précisément la performance d’un tweet. Avec cet algorithme, quel que soit le nombre d’abonnés, le “score” attendu d’un tweet (l’engagement qu’il devrait théoriquement susciter) est de 1. Si l’engagement est 100 fois plus important qu’attendu, le score du tweet sera de … 100.

Les 3 tweets les plus performants sont les suivants : 

Score : 1914

Score : 542

Score : 516

C’est donc le tweet de Wendie Renard qui est le plus performant, avec un score de 1914 (soit 1914 fois plus performant qu’attendu). En moyenne, les scores des 17 tweets de Renard ont eu un score de 177. Ce qui la place en 2ème position parmi les 20 twittos bleues.

C’est Sakina Karchaoui qui détient le meilleur score moyen : 213/tweets. Delphine Cascarino complète le podium (145).

 

En conclusion

Pour conclure, l’analyse des comptes Twitter confirme la tendance globale : la Coupe du Monde a eu un merveilleux impact sur la notoriété des bleues. Au delà de cette reconnaissance, une véritable communion s’est dessinée tout au long de la compétition entre les athlètes et le grand public. 

Les records d’affluence (dans les stades) et d’audience prouvent que les footballeuses ont gagné leur place dans le coeur des français. Et en surfant également sur les médias (ou réseaux) sociaux, les bleues se sont données l’opportunité de poursuivre cette idylle bien après la fin de cette compétition mondiale.

Et si cette Coupe du Monde était la preuve que le sport féminin a toute sa place dans les médias (traditionnels et nouveaux) ?
logo Observatoire Sport et Digital
Samy Bouclet
Fondateur de l'OSD

* le taux d’engagement se calcule ainsi : (nombre de likes + RT + commentaires) / nombre d’abonnés.

Vous souhaitez en savoir plus sur cette analyse ? Contactez-nous.

Retrouvez l’actualité du digital et des nouvelles technologies dans le sport sur Twitter