Qu’est ce que le baromètre de la digitalisation des fédérations de sport ?

Après le baromètre de la digitalisation des clubs de sport français, l’Observatoire du Sport et du Digital vous propose une nouvelle analyse.

 

La digitalisation est-elle une affaire de clubs de sport uniquement ? Certainement pas !

Effectivement, les fédérations se doivent d’intégrer le digital dans leur quotidien, notamment pour interagir avec sa communauté, qu’elle soit composée de licenciés, de pratiquants ou de sympathisants de leur sport. 

Le constat

Le sport français est en pleine mutation. L’effet Paris 2024 en est l’une des raisons principales et entraîne un changement profond du paradigme : création de l’Agence du sport, nouvelle impulsion du modèle du sport.

Ces quelques fondements conduiront à de nombreuses conséquences sur la vie des fédérations, et probablement sur leur financement. De la baisse des subventions à  l’intégration de partenaires privés : un plausible changement du modèle économique arrivera, tôt ou tard.

Fort heureusement, ces séismes arrivent à un moment ou les évolutions technologiques sont nombreuses. Elles offrent d’ores et déjà des outils pertinents pour créer du lien avec sa communauté, mettre en avant un partenariat ou se créer de nouvelles opportunités.

Alors, que vient faire un baromètre dans cette histoire ?

Une étude approfondie

Le baromètre de la digitalisation des fédérations françaises (BDFF) apporte une analyse pointue sur le niveau de digitalisation des fédérations sportives.

En effet, en dehors de quelques études ponctuelles sur le nombre de followers par réseau social -mesurant de façon incomplète la notoriété-, il n’existait pas d’étude en profondeur sur le niveau de digitalisation des acteurs du monde du sport français. Par digitalisation, nous entendons spécifiquement le niveau d’interactions proposé par les fédérations aux internautes et mobinautes. Plus concrètement, de la capacité d’une fédération à couvrir l’ensemble des besoins digitaux de sa communauté.

Après le succès du baromètre de la digitalisation des clubs de sport français (informations disponibles ici), il semblait évident de s’intéresser aux instances dirigeantes, et donc aux fédérations.

A travers une multitude de critères, le BDFF analyse chaque fédération sportive pour définir leur niveau d’écoute, la qualité de leurs propositions mais aussi leur capacité à répondre aux attentes et à satisfaire les besoins de leur communauté.

5 catégories étudiées

  • Diversité mesure la stratégie de contenus à travers le nombre de réseaux/médias sociaux et d’applications activés.

  • Proximité mesure l’accessibilité et la qualité des services et informations basiques disponibles en ligne
  • Performance mesure les performances (techniques, d’activité et d’engagement) du site web et des plateformes actives
  • Interactions mesure la présence et la qualité des outils facilitant les échanges entre le club et sa communauté
  • Rayonnement mesure la taille des communautés digitales ainsi que l’internationalisation des plateformes.

Les scores issus de ces 5 catégories sont pondérés pour donner un score général à chaque fédération.

Les critères pris en compte pour le BDFF sont consultables ici : http://bit.ly/BDFF-critères

Les résultats

Pour la première édition, le BDFF a une ambition : comparer objectivement l’ensemble des fédérations sportives françaises.

Cette analyse s’appuie sur de nombreux critères et a pour vocation d’indiquer le plus précisément possible le niveau de développement digital d’une fédération (user centric).

Pour cette première édition, l’ensemble des fédérations sportives ont été comparées à travers une cinquantaine de critères.

Les résultats sont publiés sur le compte Twitter @ObsSportDigital à partir du lundi 1er avril.

En attendant, découvrez les résultats de la dernière édition du baromètre de la digitalisation des clubs de sport français en cliquant ici !

Vous souhaitez obtenir les informations détaillées sur votre fédération ? Contactez-nous !